Connexion

Mot de passe oublié ?

L’ASSURANCE VIE EST L’UN DES PLACEMENTS PRIVILÉGIÉS DES ÉPARGNANTS.
481
page-template-default,page,page-id-481,wp-custom-logo,bridge-core-2.7.4,qodef-qi--no-touch,qi-addons-for-elementor-1.2.2,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-25.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,elementor-default,elementor-kit-147,elementor-page elementor-page-481

L’assurance vie est l’un des placements privilégiés des épargnants.

Son attrait en tant qu’outil de prévention et de protection est incontestable. Elle offre aux particuliers de multiples possibilités leur permettant de répondre au mieux à leurs choix patrimoniaux, voire d’optimiser pleinement la gestion de leur patrimoine.

Les contrats d’assurance vie sont dotés d’un régime juridique qui leur est propre. Le souscripteur du contrat s’engage envers l’assureur au paiement d’une ou plusieurs primes. En contrepartie, l’assureur doit verser un capital ou une rente à une personne désignée (bénéficiaire) en cas, soit de décès, soit de vie de l’assuré à une époque déterminée au contrat.

L’assurance vie est l’un des placements privilégiés des épargnants.

Son attrait en tant qu’outil de prévention et de protection est incontestable. Elle offre aux particuliers de multiples possibilités leur permettant de répondre au mieux à leurs choix patrimoniaux, voire d’optimiser pleinement la gestion de leur patrimoine.

Les contrats d’assurance vie sont dotés d’un régime juridique qui leur est propre. Le souscripteur du contrat s’engage envers l’assureur au paiement d’une ou plusieurs primes. En contrepartie, l’assureur doit verser un capital ou une rente à une personne désignée (bénéficiaire) en cas, soit de décès, soit de vie de l’assuré à une époque déterminée au contrat.

Objectifs de souscription

Face à la multiplication des offres disponibles sur le marché, mais aussi en raison de l’existence de produits d’épargne dont le fonctionnement se rapproche de l’assurance vie, choisir un contrat requiert une réflexion approfondie de la part du souscripteur, en fonction de ses objectifs patrimoniaux. La plupart du temps, ce dernier cherche à :

  • se constituer une épargne de long terme ;
  • anticiper les conséquences financières d’un décès ;
  • ou encore faire fructifier un capital au sein d’une enveloppe diversifiée.

Dans tous les cas, des précautions doivent être prises lors de la souscription du contrat afin d’éviter les risques de requalification de l’opération.

Cadre financier

Sur le plan financier, le contrat d’assurance vie correspond à un placement permettant la détention d’actifs financiers dont la rémunération dépend du type de supports financiers adossés. En effet, le souscripteur peut décider de limiter l’investissement des fonds à un seul support (contrats monosupports) ou à plusieurs (contrats multisupports). Les contrats multisupports permettent l’accès à un support en euros et à une gamme d’unités de compte plus ou moins étendue, le fonds en euros présentant une sécurité de placement.

Par ailleurs, le souscripteur choisit le mode de gestion de son contrat, qui peut être directe ou déléguée.

Cadre fiscal

Malgré un durcissement de la fiscalité applicable aux contrats d’assurance vie ces dernières années, elle reste intéressante aussi bien lors des rachats ou des avances demandés en cours de contrat, que lors du dénouement du contrat en cas de vie ou en cas de décès de l’assuré. Au décès de l’assuré, les sommes versées en exécution du contrat échappent en principe aux droits de succession, exonération cependant limitée lorsque des primes ont été versées après les 70 ans du souscripteur. Les sommes versées par l’assureur peuvent également être soumises à un prélèvement spécifique, au-delà d’un certain montant.